La pipe n'a pas de frontière !

La pipe n'a pas de frontière !

155 vues
11 mars 2019
La ville de Saint-Claude est connue pour être un lieu emblématique de la pipe en bruyère. Pourtant, l'histoire va bien au-delà de ses frontières pour l'exploitation de la bruyère...

Le bois dont on fait les pipes !

Saint-Claude est connue pour être la capitale de la pipe. Pourtant, la première chose qui surprend nos visiteurs, c'est que la matière première (utilisée pour la fabrication des pipes) se trouve à un minimum de 600 kilomètres d'où nous sommes situés. En effet, on utilise essentiellement un arbuste qui pousse sur tout le pourtour méditerranéen. Son nom scientifique est Erica Arboréae. Il est de la famille des Ericacées et on l'appelle souvent bruyère arborescente. Il peut atteindre 4 mètres de hauteur et sa circonférence de base mesure entre 30 à 60 cm. Sa croissance est très lente. Il faut attendre que l'arbuste se développe pendant au moins 20 ans (et ainsi avoir une dimension suffisante) avant de pouvoir être utilisé.

Racine de bruyère (forme de bulbe)

Racine de bruyère (forme de bulbe) utilisé pour la fabrication des pipes

Stock d'ébauchons

Morceaux découpés de bruyère

Suivant la nature du terrain, en poussant, la bruyère risque d'enfermer des impuretés qui provoquent de nombreuses imperfections. Les souches coincées entre des rochers ne poussent pas librement. En général, la bruyère préfère les terrains siliceux mais elle peut pousser parfois sur des terrains calcaires. Elle ne s'élève guère sur des montagnes au-delà de 650 mètres d'altitude. En France, elle se rencontre dans le sud, principalement dans la région méditerranéenne, les Cévennes, les Corbières et les Pyrénées. Sa limite septentrionale est la vallée du Tarn. Il ne faut pas confondre cet arbuste avec d'autres plantes plus répandues de la même famille mais de moindre taille comme l'Erica Scoparia et surtout la Calluna Vulgaris.

L'exploitation de la bruyère :

Sur les terrains particulièrement pauvres, la bruyère pousse aisément et on la trouve toujours en abondance. L'exploitation (c'est-à-dire l'arrachage des souches de bruyère) représente un travail vraiment fastidieux. A l'heure actuelle, la Corse, pourtant bien fournie en bruyère, a abandonné toute exploitation. En effet, par exemple, on l'exploite plus facilement en Sardaigne. Selon l'humidité du terrain, la dorge se développe plus ou moins rapidement. Le plus gros problème de l'extraction provient du fait que la bruyère pousse sur des terrains très accidentés, souvent difficile d'accès.

L'exploitation de la bruyère

L'arrachage des souches de bruyère

Dans les années 1955, des plantations de bruyères ont été fait en Algérie. Malheureusement, il n'y a pas eu assez de recul suite à l'indépendance du pays, pour pouvoir en apprécier les résultats. De nombreuses essences de bois ont été testées pour la fabrication de la pipe mais une seule a donné satisfaction : la bruyère.

Extraction de bruyère dans le sol

Histoire de Saint Claude :

Dans les années 425, au 5ème siècle, la région de Saint-Claude était une région très sauvage. Quelques moines qui recherchaient la sérénité se sont installés là pour trouver le calme. Un siècle plus tard, à l'occasion du réaménagement du cimetière de la ville, on a découvert le corps d'un moine mort depuis plus de 100 ans. Son corps était étonnamment très bien conservé. Devant ce mystère, de nombreux pèlerins affluèrent et des miracles se produisirent... A partir de cette période, l'artisanat du bois se développa et la tournerie devint l'activité principale. Les pèlerins étaient heureux d'acheter toutes sortes d'articles en bois de Saint-Claude. C'est en 1850 que l'on a découvert que le bois de bruyère est le bois qui convient le mieux pour les fumeurs de pipes. Pratiquement tous les tourneurs de Saint Claude se mirent à fabriquer ce petit objet en bruyère...

Le tourneur de pipes

Le monteur de pipes

Jusqu'à alors, les pipes étaient généralement fabriquées en terre. Elles étaient donc très fragiles. Les pipes de la marque Gambier étaient en pleine expansion dans le milieu du 19ème siècle. Nous vous invitons d'ailleurs à en apprendre plus sur ce sujet avec cet autre article "Avant la bruyère, les pipes en terre Gambier" que nous avons rédigé sur ce même blog.

On disait à l'époque que les pipes en terre étaient utilisées par les personnes qui avaient mal au dos car si elles tombaient par terre ce n'était pas la peine de se baisser. On l'appelait aussi pipe de l'ouvrier ou du soldat.

Jean, la Pipe Rit

La production des pipes :

Au fil des années, la production de la pipe a variée. En 2018, il était produit 90 000 pipes à Saint-Claude tout en sachant qu'une cinquantaine de personnes travaillent à la fabrication de cet objet magnifique. De nombreuses ventes se font maintenant sur Internet et en particulier sur le site www.pipe.fr qui diffuse aussi bien les pipes de Saint-Claude que des productions du monde entier. A Saint Claude, 60% de la production est destinée à l'exportation. Le prix de la pipe finie varie de quelques dizaines à plusieurs centaines d'euros. Pour les modèles exceptionnels dont les ébauchons nécessitent une découpe particulière, le prix peut être alors facilement doubler.

La ville de Saint-Claude

Le bois de bruyère est très peu employé dans la fabrication d'objets du quotidien. A l'heure actuelle, on l'utilise en particulier pour des manches de couteaux mais la pipe reste sa principale finalité.

Production de pipes de Saint Claude

Cet article vous a plu ? Alors partagez-le sur les réseaux sociaux pour le faire connaître auprès de vos amis fumeurs !

Poursuivez la lecture :

Paiement sécurisé

Toutes vos transactions sont
100% sécurisées

Livraison rapide

Livraison Colissimo
chez vous en 48h

20 ans d'expérience

20 ans d'expérience pour
vous conseiller

Service client

A votre écoute au
03 84 45 68 02 ou par email